Le droit de chialer…

Manifester est un droit fondamental au Canada.

La Charte canadienne des Droits et Libertés le garantit à l’intérieur de l’article 2. De ce fait, personne, sur le territoire canadien, ne peut être persécuté par l’État à cause de sa participation à une manifestation.

pt27290Le fait de se voir garantir un droit n’a toutefois pas l’effet de dissoudre toute forme de respect et de décorum envers les institutions parlementaires. Le fait d’avoir la garantie explicite de ne pas être persécuté par l’État n’octroie pas non plus une absolution, une immunité en cas de transgression d’autres lois, y compris celles régissant les méfaits publics et le désordre. Dès lors, le groupe de quelques 200 écervelés environnementalistes qui se sont présentés comme visiteurs au Parlement d’Ottawa aujourd’hui et qui furent évincés après avoir chahuté et lancé des slogans en pleine période de questions n’obtiendrons aucune sympathie de ma part.

Cette façon de faire est odieuse et n’a pas sa place dans un pays aux valeurs démocratiques. Si je respecte le droit à la dissidence, si je conçois parfaitement que certains activistes de la cause environnementale soient déçus par les positions du gouvernement canadien, je méprise avec véhémence ceux qui, cependant, faisant fi de la plus élémentaire décence, sont prêts à désacraliser l’enceinte de la démocratie canadienne, sous prétextes qu’ils s’estiment marginalisés ou ignorés par les parlementaires.

Nul ne peut prétendre faire valoir son discours au dessus des normes et des règles de conduites élémentaires à l’intérieur du Parlement canadien. Le pays est jeune et ce Parlement – que certains détestent pour des motifs idéologiques – représente l’un des symboles les plus forts de notre adhérence commune aux valeurs démocratiques. On ne saurait tolérer un affront aussi flagrant et gratuit face à un symbole de l’importance de cette cathédrale institutionnelle. À moins de circonstances exceptionnelles et gravissimes où le gouvernement en place trahirait de manière flagrante et préméditée le pacte liant les peuples du Canada à ces valeurs démocratiques, rien ne saurait justifier à mes yeux un comportement néandertalien de cette sorte.

Certains manifestants auraient été blessés lors de leur expulsion. Je leur souhaite sincèrement de ne pas tenter de soulever une controverse autour d’un scénario de « brutalité policière ».

Je ne crois pas en la violence mais il y a toutefois des coups de pieds au cul qui se perdent.