Élections 2014

Même si je n’ai pas de micro, j’espère que vous ne comptiez pas sur moi pour rester silencieux durant cette campagne électorale, hhhmm ?

Je suis tellement divisé sur cette campagne que, franchement, je ne sais pas par quel bout commencer. Vous parler de la Charte et du fond gênant entourant cette élection ? Vous parler du Parti Québécois et de ses déboires de la dernière année ? Vous parler du chef libéral et de sa pauvre performance avant l’élection ? De la CAQ qui a de bonnes idées mais qui ne semble pas en mesure de vous en convaincre ? Du Parti Conservateur du Québec qui a également des solutions à proposer mais qui, aux yeux de beaucoup, ne constitue même pas une alternative ? Vous parler de l’insignifiance électorale de Québec Solidaire ? Par quoi commencer ?
quebec-raciste

Laissez-moi donc débuter par quelque chose qui va vous étonner de ma part : un compliment pour le Parti Québécois.
La candidature de Pierre Karl Péladeau est un coup fumant. Probablement le meilleur coup de cette campagne. De cette dernière année. De ce règne de Pauline Marois. Probablement un meilleur coup que la Charte des Valeurs.

Pourquoi ? Parce que même si le Québec a été précipité en élections sur le dos de l’inutile Charte des Valeurs Québécoises (CVQ), la majorité des Québécois, lorsqu’on leur demande ce qui est important pour eux, répondent que l’économie et l’emploi demeurent leurs priorités.

Or, qui de mieux comme figure de proue au Québec pour incarner le discours de la réussite économique que Pierre Karl Péladeau ? Qui de plus crédible ?
Cette candidature vient combler un manque flagrant de crédibilité du Parti Québécois en matière d’économie. Qui plus est, il jouit d’une notoriété inégalée aux yeux d’une portion très significative de l’électorat. Aucune campagne publicitaire, aucune pancarte, aucun slogan ne pourront rivaliser avec ça.

La relance de l’économie du Québec passe par l’entreprenariat. PKP, pour tout ce que certains pourraient lui reprocher, est extrêmement crédible pour incarner ce discours.

Pour employer une métaphore sportive, c’est comme si une équipe de hockey ayant une production offensive déficiente annonçait qu’elle venait de mettre la main sur Mario Lemieux comme agent libre. Il est tôt dans cette campagne, mais je ne vois pas comment le Parti Libéral pourra rivaliser avec cette annonce, compte tenu de la popularité de la CVQ. Le discours économique a toujours été le cheval de bataille du PLQ. Cette élection-ci, il lui vaudrait mieux ne pas tenir pour acquis qu’il monopolisera cet enjeu.

Publié par

Martin Pouliot

Martin Pouliot

Animateur radio pendant plus de 12 ans, je commente l'actualité et analyse les décisions afin de mieux comprendre les grands enjeux qui nous touchent. Je ne suis ni de gauche, ni de droite, je tente de me ranger du côté du respect des différences et du respect de l'individu.

1 comments
Thierry
Thierry

Moi je change mon pourvoyeur internet de Vide- étron à Bell dès que je reviens de voyage